.

PRESSE >>

SOMMAIRE

INTRODUCTION

L'essence

L'ORIGINE

PRINCIPES INTERNES

LES FORMES

L'ECOLE

COURS & STAGES

DOCUMENTS

I.T.C.C.A

LIENS

>>> autres articles

Taïjiquan : MAITRE CHU KING HUNG

Jeudi après-midi :
Applications de défense sur divers coup de pied : techniques simples pour ramasser les frappes avec des déplacements cours et précis et pour se débarrasser de l'attaquant avec des projections assez aériennes.
Me Chu : "il est très difficile de bloquer des coups de pied de manière sûre en utilisant simplement la force musculaire habituelle ; on peut en bloquer deux ou trois mais on finit par perdre. Dans le Tai Chi on ne se préoccupe pas tellement de bloquer un coup en particulier, mais de bloquer l'énergie l'énergie de l'attaquant. De cette manière il n'y a pas de contre-attaque efficace. C'est une manière d'agir assez douce et très efficace. Pour cela, il faut avoir soi-même une bonne maîtrise de l'énergie interne. Donc il est important de connaître et de pratiquer l'ensemble des principes internes. Ces principes sont essentiels pour le Chi. On peut comparer la forme à une voiture ; le Chi est comme l'essence. Même si on a une bonne voiture, sans essence, cela ne sert pas à grand chose. Dans le Yi, l'intention est comme l'électricité, la batterie. Dans les classes en enseignant les clefs internes du Tai Chi je vous donne les moyens d'avoir un bon véhicule. Surtout d'avoir l'énergie pour le faire fonctionner et aussi quelques rudiments de conduite ; comme une auto-école. Mais finalement, chacun pourra décider de conduire à sa manière, d'aller où il veut."

Vendredi matin,
Poussée des mains. Comment il faut équilibrer trois points de contact pour pouvoir contrôler la poussée de l'adversaire. Puis sur une attaque de poing solide, comment vider l'action de l'adversaire en bloquant l'énergie. Démonstration parfaite de Me Chu : douceur, précision et puissance, un sens parfait du placement qui donnent l'impression d'un jeu d'enfant avec des adversaires qui le dépassent de la tête et des épaules.
Me Chu
: "Dans la poussée des mains, vous pouvez comprendre combien il est important de développer la sensibilité pour pouvoir utiliser l'énergie interne, pour que l'action passe à coup sûr, grâce au Yi et au Chi. Je veux vous montrer et vous enseigner comment ça marche, mais je ne peux pas expliquer pourquoi. C'est la même question que je posais à Me Yang (Yang Sau Chung) : il y a une pierre dans le jardin. 

On peut la voir, la toucher, mais personne ne sait pourquoi elle est là. Me Yang avait une énergie vraiment incroyable : il me touchait à peine et cela suffisait pour me projeter en l'air. Ca n'est pas des choses dont on peut parler beaucoup parce qu'on ne sait pas expliquer réellement ce qui se passe. Ca n'est pas non plus l'aspect le plus important. Chacun doit beaucoup travailler pour comprendre et vérifier par lui-même les principes qui sont contenus dans le Tai Chi Chuan"
vendredi soir :
fin des cours. Tout le monde se retrouve dans les jardins de Me Chu pour un dernier verre.L'école compte un nombre impressionnant de musiciens qui font un "boeuf" parfois inattendu, toujours interressant.
samedi et dimanche :
master class. Programme interessant pour les trente enseignants présents, mais confidentiel !

suite de l'article >>>


Didier Le Boucher - article paru dans ARTS & COMBATS - Octobre 1996